:

LEGENDE DES ROSES DU SAHARA

06.07.2021 23:07

LÉGENDE DES ROSES DU SAHARA

L`improvisation libyenne d'après le roman "Alchimiste" de Paulo Coelho

Ce que l'Homme a vécu ce jour-là, lorsqu'Il a rencontré cette Femme inconnue, est devenu un signe pendant de nombreuses années. Le courant du Fleuve de Vie L'emporta des origines de Sa jeunesse vers l'Océan sans limites, où tous ses ancêtres et nombre de ses parents et même amis avaient déjà disparu.

Et soudain vint le jour où Il lui sembla que le Fleuve lui-même s'était arrêté : Il vit une Femme !

En regardant dans Ses yeux, Il a instantanément compris le langage le plus important que les gens ne peuvent comprendre qu'avec un cœur qui a souffert pour l'Amour, donc, pour beaucoup, cela reste incompréhensible et ils ne peuvent pas le parler. Ce langage s'appelle le Langage de l'Amour, il est plus ancien que le genre humain que ce désert Sahara lui-même, qui entourait un Homme et une Femme se regardant l'un l'autre. Et ça sonne quand les yeux se croisent - c'est ce qui s'est passé maintenant, près d'un puits dans le désert.

Les lèvres de la Femme souriaient, et c'était un signe, le signe même qu'Il, sans le savoir, avait attendu si longtemps, qu'Il cherchait dans les Livres, dans les sables du Désert, dans les vagues de la Mer et dans les murs de béton de la Ville. C'était une langue pure et compréhensible qui n'a pas besoin de traduction et d'explications, tout comme l'Univers n'en a pas besoin, faisant son chemin continu, sans début et sans fin, dans l'Infini.

À ce moment-là, Il a seulement compris qu'Il se tenait devant Sa Bien-Aimée, et Elle, sans mots, a également compris qu'Elle avait rencontré son Unique Homme pour toute la vie.

Car lorsque vous comprenez ce langage, cela devient clair : que ce soit au milieu du Désert ou dans une grande Ville - une personne attend toujours et en cherche une autre. Et quand les chemins de ces deux-là convergent, quand leurs regards se croisent, le Passé et l'Avenir perdent tout sens, et il n'y a que cette minute, et cette minute - la confiance que tout dans le monde a été inventé uniquement pour que ces deux se rencontrent .

"C'est le destin!" - pensa-t-Il en regardant la Femme partant avec une cruche pleine. Et pendant longtemps Il s'assit près du feu le soir et pensa qu'une fois dans Sa jeunesse le Vent lui portait le parfum de cette

Femme, et que même alors Il L'aimait, sans même connaître son existence, et que cet Amour vaut tous les trésors terrestres qu'Il cherchait...

... Lorsque les premières étoiles se sont allumées, Elle est de nouveau apparue avec une cruche, se dirigeant vers le puits.

- Je veux te dire quelque chose, - Il parla le premier, La regardant pendant qu'Elle puisait de l'eau. - L'affaire est très simple. Je veux que tu sois ma Femme. Je t`aime!

Par surprise, elle renversa de l'eau sur le sable.

- Je voyage depuis longtemps. J'ai traversé la mer, le désert et de nombreuses villes à la recherche de trésors. Maintenant, je sais quoi faire ensuite. Je t'attendrai ici.

La Femme, lisant la suite de ses pensées, dit avec un sourire :

- Le trésor principal, c'est moi. Et je le sais ! Et tu viens de le découvrir !

Puis Elle remplit sa cruche jusqu'en haut et partit.

Il commença à venir au puits tous les jours et à attendre la Femme. Elle l'a volontiers écouté, Il parlait de Sa vie et de Ses histoires et aventures, et peu à peu son monologue s'est transformé en une conversation entre deux cœurs amoureux.

- Le deuxième jour après Notre rencontre, a-t-Elle dit, un jour, Tu m'avais déclaré Ton amour. Et puis tu as parlé de tellement de belles choses à propos du Langage de l'Amour que je fais peu à peu partie de Toi.

Sa confession L'a touché. Il écoutait Sa voix, et elle Lui semblait plus belle que le bruissement du vent dans les couronnes des palmiers dattiers.

Elle a continué:

- Je t'attends à ce puits depuis longtemps. Depuis ma plus tendre enfance, j'ai rêvé que le Désert m'offrirait un cadeau qui n'est jamais arrivé de ma vie. Et donc j'ai compris - c'est toi.

Il voulait lui prendre la main, mais Elle secoua la tête et ne le laissa pas faire.

- Tu m'as parlé de tes rêves, des signes. Et maintenant je n'ai peur de rien, car ce sont ces signes qui t'ont amené à moi. Et maintenant je crois que je fais partie de ton rêve, ton Destin, comme tu l'appelles. Par conséquent, je veux que toi tu ne t`arrêtes pas, mais que tu continues à

chercher ce que tu cherches. Le vent change la forme des dunes, mais le désert reste le même. Et notre amour restera le même. C'est notre Destin ! Et si je fais partie de ton Destin, alors tu me reviendras.

Et elle est partie. Elle est partie aussi soudainement qu'elle est venue. Il n'avait toujours qu'à L'attendre. Il regardait son depart avec tristesse. L'amour exige que moi je sois près de celle que j`aime , répéta-t-il en murmurant obstinément et t à plusieurs reprises. Mais il y eut un silence en réponse.

Le lendemain, Il lui a parlé de sa douleur à cause du pressentiment de la séparation.

- Le destin éloigne les hommes des femmes et la rencontre ne revient pas toujours, - répondit-elle. - Et nous devons nous y habituer. Pendant tout ce temps, les hommes et les femmes sont avec nous : ils sont comme les nuages qui font pleuvoir, ils sont comme l'eau que nous donne une source. Et s'ils ne reviennent pas, ils deviennent une partie du monde qui nous entoure : les arbres sous lesquels nous nous reposons, les étoiles que nous admirons, l'air que nous respirons, la source de la montagne à laquelle nous puisons l'eau. Certains reviennent. Et puis toutes nos femmes ont des fêtes, car les hommes qu'elles attendent viendront un jour chez elles. Je regardais ces femmes avec envie. Maintenant, j'aurai quelqu'un à attendre. Ceci est très important lorsqu'une femme attend son bien-aimé. Je veux que mon homme soit libre, comme le vent errant autour du monde. Je veux qu'il soit inséparable des nuages, des étoiles et de l'eau.

Il Lui tendit à nouveau la main, mais Elle secoua à nouveau la tête, remplit la cruche et disparut dans l'oasis.

Lorsque les rayons du Soleil couchant ont peint le sable de rose, Il a ressenti une envie intolérable d'aller au Désert : < dans le< peut-être dans son silence trouvera-t-Il des réponses à ses questions.

Il erra longtemps sans but, se tournant de temps en temps vers des palmiers dattiers pour ne pas perdre de vue l'oasis. Parfois, il voyait des coquillages - il était une fois à la place de ce désert une mer et des rivières qui !! se jetaient dans la mer

Puis Il s'assit sur une pierre et, comme enchanté, regarda l'horizon, comme s'Il essayait de se projeter dans son avenir, répétant sans cesse les paroles de la Femme. Auparavant, Il ne pouvait pas imaginer l'Amour sans possession, mais ce qu'Elle a dit L'a fait changer d'avis.

- Aimer, ce n'est pas avoir, entendit-Il la voix du Vent. - Si quelque chose peut t'apprendre cela, alors seul le Désert.

Et Il a remercié mentalement le destin d'être plein d'Amour pour cette Femme. "Quand on aime, tout devient encore plus significatif et l'avenir devient plus clair", pensa-t-il.

- Et pourquoi veux-tu connaître l'avenir ? - Lui demanda le Vent, volant sur lui et lisant dans ses pensées.

- Pour savoir quoi faire et si il aura quoi changer l avenir <et comment changer lavenir <

- Mais alors ce ne sera plus ton avenir.

- Dans ce cas, je veux savoir pour avoir le temps de préparer l'avenir.

- Si quelque chose de bien arrive, ce sera une agréable surprise. Et si c'est mauvais, tu le sentiras bien avant que cela ne se produise.

- Je veux savoir ce qui va m'arriver, parce que je suis un homme, - a-t-il dit au Vent.- Tu as l'Eternité devant toi, mais ma vie est courte. Et comment je vois mon Avenir, Et ainsi quelle sera ma Vie.

- Je ne lis pas l'Avenir, je le suppose. Par les signes du Présent, - répondit le Vent. - Et c'est en lui, au présent, que cache le secret.

Le Vent a commencé Le vouvoyer avec respect.

- Si vous lui accordez l'attention voulue, vous pouvez l'améliorer. Et si vous améliorez votre position actuelle, vous rendrez l'avenir également favorable. Ne vous inquiétez pas pour l'Avenir, vivez dans le Présent et laissez votre quotidien se dérouler comme s'il y avait une particule d'Éternité dans chaque jour.

- Vous pouvez et devez aimer une Femme, mais vous ne pouvez pas lui faire entièrement confiance, -a poursuivi le Vent. - Une femme, c'est une épreuve pour un homme : cela vaut la peine de distraire même un instant ???- et vous êtes perdu. Mais rappelez-vous : si vous voulez quelque chose d'une femme, l'Univers entier vous aidera à réaliser votre souhait.

- Tu m'apprendras? - Il a demandé le Vent.

- Pas.non Vous savez déjà tout ce dont vous avez besoin. Vous arriverez vous-même au but et à vos trésors.

- Je l'ai déjà.

Le Vent s'est arrêté. Il y eut un silence complet dans le Desert.

- Est-ce votre signe d'approbation pour mon choix ? - demanda l'Homme.

- Non, quand il y a du silence autour de vous, vous entendez votre cœur. Il vous donnera lui-même un signe, - répondit le Vent.

- Ce serait bien pour moi de rester dans cette oasis fleurie - dit-Il le soir, assis au coin du feu, à son Ami, dont Il appréciait beaucoup l'opinion, et répéta en pensée : - J'ai déjà rencontré ma Bien-Aimée, et elle m'est plus chère que tous les trésors du monde.

- Votre Bien-aimée sait que l'homme part pour revenir, - dit l'Ami. - Elle aussi a trouvé son trésor, vous. Maintenant, Elle espère que vous trouverez ce que vous cherchez. Vous devez vous trouver ??????

- Et si je décide de rester !!

- Bien sûr, vous serez heureux avec votre Bien-Aimée, a déclaré l'Ami. - Mais un an s'est écoulé, et vous vous souviendrez de votre Chemin. Puis une autre année passera. Les signes continueront à vous parler de l'Appel, que vous n'avez pas encore trouvé, et de votre Destin, que vous n'avez pas encore expérimenté. Au fil des nuits, vous errez dans l'oasis, et votre Bien-Aimée se laissera aller au chagrin, car Elle vous a égaré. Oui, vous lui donnerez et recevrez de l'amour d'Elle. Et c'est super ! Mais tôt ou tard, vous vous souviendrez qu'Elle ne vous a jamais demandé de rester, car les vraies femmes savent attendre le retour de leurs hommes. Et jusqu'à la fin de vos jours vous errerez entre les palmiers de l'oasis, sachant que vous n'avez pas suivi l'appel de Votre Destin, et maintenant il est trop tard. Et vous ne comprendrez jamais que l'Amour ne peut empêcher une personne de suivre Son Destin. Si cela se produit, alors la relation entre un homme et une femme n'était pas vraie, ils ne parlaient pas le langage de l'Amour, - termina l'Ami.

Ce n'est qu'à ce moment-là qu'ils ont tous deux remarqué que le feu était éteint.

- Tu ne veux pas être de la cendre à ses yeux ! - l'Homme entendit la voix du Vent.

La nuit, Il ne faisait pas un clin d'œil !. !!! Deux heures avant le lever du Soleil, Il était au puits, où l'attendait son Bien-Aimé. Et Il Lui parla de la décision de son cœur. Et puis Ils sont entrés dans le bosquet de dattiers et sont devenus Mari et Epouse.

- Je pars, dit-Il au revoir. - Mais je veux que tu saches : je reviens. Je t'aime parce que ...

- Tu n'as pas besoin de dire quoi que ce soit, - L`interrompit sa Femme. - On aime parce qu'on aime. L'Amour ne reconnaît pas les arguments.

Il remarqua des larmes dans Ses yeux.

- Tu pleures?

- Je suis une femme, répondit-Elle en cachant son visage. - Tout d'abord, je ne suis qu'une femme. Et le pire pour moi, c'est de ne pas t'attendre.

Il a ensuite dit: - Je t'aime parce que ...

- Je t'aime, - la Femme termina la phrase.

Ils s'embrassèrent, et leurs corps se touchèrent à nouveau et fusionnèrent en un seul tout.

-Je reviendrai! - répétait l'Homme avec ardeur encore et encore.

- J'attendrai! - La Femme répétait avec ferveur encore et encore.

...

-Ne pensez pas à ce qu'il reste !!, - dit l'Ami alors qu'ils partaient à travers les sables.

- Je ne peux pas m'empêcher de penser à Elle, - répondit l'Homme.

- Si celui que vous avez trouvé est fait d'un matériau de bonne qualité, aucun dommage ne le touchera, - a déclaré l'Ami avec confiance.

- Si ce n'était qu'un éclair instantané, comme la naissance d'une Etoile, alors à votre retour, vous ne trouverez rien.

L'Ami se pencha, ramassa le plus gros des coquillages éparpillés sur le sable et le tendit à son compagnon.

- Il y avait une mer ici une fois, - a-t-il dit.

- Oui, j'ai deviné, - répondit l'Homme et mit la coquille vers son oreille. Et encore, comme dans son enfance, il entendit le bruit de la mer.

- La mer est toujours dans cette coquille, car elle est fidèle à elle-même, et la coquille est fidèle à la Mer, - dit l'Ami. - Et il ne la quittera que lorsque les vagues clapoteront à nouveau dans le désert.

"Et tant que la coquille gardera le bruit de la mer, il y aura de l'espoir pour la vie dans le désert", pensa l'Homme.

Il sentit soudain le souffle du Vent. Cette fois, le Vent apporta avec lui non pas le sable et l'odeur du désert, mais l'arôme, le son et le goût uniques et familiers d'un baiser s'approchant lentement de son visage et s'installant finalement sur ses lèvres.

Il sourit : c'était le premier baiser du Bien-Aimé, !! apporté par le Vent lui-même.

Il était heureux d'avoir un autre ami qui lui transmettrait les messages de son Bien-Aimé. !!!!

Je m'en vais, - murmura-t-il pour ne pas perdre le parfum de ses lèvres, - je vais passer mon chemin et revenir vers Toi, mon Bien-Aimé. !!!

Le vent a pris ses mots de ses lèvres, a tourbillonné, l'a porté à travers de nombreux kilomètres, et la Femme a entendu ces mots et a commencé à pleurer.

Ses larmes tombèrent sur le sable et se transformèrent en roses du Sahara.

Nicolas Bertrand

Sahara libyen, Murzuk, février 2021.




0
0
0